Comment aimer sans se perdre ? - go.linebolduc.com

Comment aimer

sans se perdre?

Avez-vous souvent eu mal en amour ?

Est-ce encore le cas ?

Aimeriez-vous enfin comprendre pourquoi des schémas se répètent sans cesse dans votre vie ?

Savoir quoi faire avec tout ça pour vous libérer et enfin vivre une vie amoureuse épanouie ?

Mon nom est Line Bolduc, et je vous comprends très bien : je suis passée par là moi aussi.


Je suis coach certifiée en PNL, auteure, conférencière internationale et formatrice depuis plus de 26 ans...


Et j'ai des solutions pour vous !

Ce qui cause la déception en amour et la dépendance affective

Une personne vivant de la dépendance affective manque généralement d’estime de soi et de confiance en elle. Elle s’auto évalue grandement en fonction du regard que l’extérieur porte sur elle. Elle pourra chercher à combler ce vide par l’espoir qu’une personne la rende heureuse, par les biens matériels, le contrôle ou la soumission, un sex appeal exagéré pour attirer le partenaire éventuel, et tant d'autres possibilités encore.

Afin de reprendre le pouvoir sur sa vie et ne plus dépendre des conditions extérieures pour être heureuse, elle aurait donc avantage à optimiser sa connaissance de l’intelligence émotionnelle. Le psychologue Daniel Goldman dit que cette intelligence des sentiments « réside dans la capacité à savoir reconnaître, analyser et maîtriser ses émotions, surtout quand elles nous perturbent ou nous dépriment ».


Elle permet aussi « de reconnaître le ressenti des autres ». Cette aptitude à être en contact avec soi nous rend plus sensible à soi et à l'autre et nous guide pour prendre de bonnes décisions dans le respect de soi.


Évidemment, les émotions sont utiles à notre fonctionnement. Il ne s'agit pas de les bannir ni de les refouler. Toutefois, quand celles qui sont limitatives en viennent à prendre le contrôle sur notre vie, le mal-être et la dépendance affective s'installent.

Choisir l’autonomie affective, c’est se donner des ressources pour avoir une bonne valorisation de soi et pouvoir conscientiser les blessures profondes héritées de l’enfance qui ont continué de s’ancrer au fil des années.


S’empêcher de toucher ce bel espace en soi nous enferme dans l'illusion, la superficialité et crée des attentes irréalistes dans nos relations.


Cela favorise des comportements dignes de l’enfant blessé qui recherche l’amour à n'importe quel prix, le plus souvent inconsciemment et sans avoir nourri son propre être intérieur par de nouvelles ressources (lectures, formations, coaching, etc).

N’ayant pas une bonne intimité avec elle-même, cette personne répètera des scénarios de souffrance tant que cette conscientisation ne se sera pas faite pleinement.

Ne se choisissant pas, elle fait de mauvais choix amoureux. Elle se ment à elle-même, se trahit, et risque donc de se faire trahir à son tour. Si elle ne s’aime pas assez, elle acceptera des situations qui font mal en espérant recueillir des miettes d’amour. Ainsi, sa vie passe et rien ne change.


Elle espère que l’autre personne arrivera à la comprendre et qu’elle comblera ses besoins. Mais elle perd son temps, car ce vécu n’est que le miroir de ce qu’elle ne se donne pas suffisamment à elle-même.


Quand elle dira « assez c’est assez! »  et n’acceptera plus de souffrir, quand elle verra sa véritable valeur, il lui sera enfin possible d’être heureuse en amour. Et même heureuse tout court.

Il est donc important de porter un regard en toute authenticité sur votre relation amoureuse ou votre passé amoureux. Cela permet de pouvoir faire les ajustements nécessaires et d’en parler ensemble si vous êtes en couple, ou de savoir comment bien choisir votre futur partenaire si vous êtes célibataire.


L’amour de soi, c’est savoir ce qui est bon pour soi et oser se l’offrir.

Ce qui cause la déception en amour

et la dépendance affective

Une personne vivant de la dépendance affective manque généralement d’estime de soi et de confiance en elle. Elle s’auto évalue grandement en fonction du regard que l’extérieur porte sur elle. Elle pourra chercher à combler ce vide par l’espoir qu’une personne la rende heureuse, par les biens matériels, le contrôle ou la soumission, un sex appeal exagéré pour attirer le partenaire éventuel, et tant d'autres possibilités encore.

Afin de reprendre le pouvoir sur sa vie et ne plus dépendre des conditions extérieures pour être heureuse, elle aurait donc avantage à optimiser sa connaissance de l’intelligence émotionnelle. Le psychologue Daniel Goldman dit que cette intelligence des sentiments « réside dans la capacité à savoir reconnaître, analyser et maîtriser ses émotions, surtout quand elles nous perturbent ou nous dépriment ».


Elle permet aussi « de reconnaître le ressenti des autres ». Cette aptitude à être en contact avec soi nous rend plus sensible à soi et à l'autre et nous guide pour prendre de bonnes décisions dans le respect de soi.


Évidemment, les émotions sont utiles à notre fonctionnement. Il ne s'agit pas de les bannir ni de les refouler. Toutefois, quand celles qui sont limitatives en viennent à prendre le contrôle sur notre vie, le mal-être et la dépendance affective s'installent.

Choisir l’autonomie affective, c’est se donner des ressources pour avoir une bonne valorisation de soi et pouvoir conscientiser les blessures profondes héritées de l’enfance qui ont continué de s’ancrer au fil des années.


S’empêcher de toucher ce bel espace en soi nous enferme dans l'illusion, la superficialité et crée des attentes irréalistes dans nos relations.

Cela favorise des comportements dignes de l’enfant blessé qui recherche l’amour à n'importe quel prix, le plus souvent inconsciemment et sans avoir nourri son propre être intérieur par de nouvelles ressources (lectures, formations, coaching, etc).

N’ayant pas une bonne intimité avec elle-même, cette personne répètera des scénarios de souffrance tant que cette conscientisation ne se sera pas faite pleinement.

Ne se choisissant pas, elle fait de mauvais choix amoureux. Elle se ment à elle-même, se trahit, et risque donc de se faire trahir à son tour. Si elle ne s’aime pas assez, elle acceptera des situations qui font mal en espérant recueillir des miettes d’amour. Ainsi, sa vie passe et rien ne change.


Elle espère que l’autre personne arrivera à la comprendre et qu’elle comblera ses besoins. Mais elle perd son temps, car ce vécu n’est que le miroir de ce qu’elle ne se donne pas suffisamment à elle-même.


Quand elle dira « assez c’est assez! »  et n’acceptera plus de souffrir, quand elle verra sa véritable valeur, il lui sera enfin possible d’être heureuse en amour. Et même heureuse tout court.

Il est donc important de porter un regard en toute authenticité sur votre relation amoureuse ou votre passé amoureux. Cela permet de pouvoir faire les ajustements nécessaires et d’en parler ensemble si vous êtes en couple, ou de savoir comment bien choisir votre futur partenaire si vous êtes célibataire.


L’amour de soi, c’est savoir ce qui est bon pour soi et oser se l’offrir.

D'où je viens et pourquoi je peux vous aider

Attention : Le partage cette histoire n’a d’intérêt pour vous que dans la mesure où elle peut faire écho à des parties de vous, de votre réalité, pour vous aider à vous choisir pleinement….

Confidences sur ma vie affective


Ce n’est pas un hasard si j’ai écrit le livre « Se libérer de la dépendance affective » qui porte sur l’amour, le couple et l’art d’aimer sans se perdre.


Il y a aussi un profond vécu personnel derrière ma formation en ligne « Comment aimer sans se perdre ».


J’ai eu si mal moi aussi sur le plan affectif qu’à une certaine époque de ma vie, je n’étais tout simplement pas certaine de pouvoir en sortir… vivante…


Près de 30 ans plus tard, pourtant, je suis complètement sortie du désert et j’étincelle de joie de vivre. Je suis très bien dans ma peau et mes relations, quelles qu’elles soient, me nourrissent vraiment. Profondément. Ou alors je ne les poursuis pas.


Mais que s’est-il passé ? Comment en suis-je arrivée là ? D’où est-ce que je viens ?


Toute petite, j’étais une enfant ayant très peu de confiance en elle, sans grand estime de soi ni joie particulière. J’étais comme une ombre.


J’ai eu de bons parents, vous savez, mais quelque chose en moi me gardait vraiment refermée et taciturne.


> Qu’en était-il pour vous ?

Adieu prince charmant


Vers l’âge de 13 ans, je rêvais du prince charmant, d’aimer et d’être aimée et de rencontrer un jour cet homme idéalisé, avec qui je fonderais une famille et vivrais toute ma vie le parfait bonheur…


Mais aux antipodes de ce rêve de jeune fille, j’ai plutôt été la risée des garçons pendant toutes les années de mon école secondaire, tandis que chacune de mes amies avait un petit copain.


J’ai été humiliée dans mon individualité, dans ma féminité naissante, et même harcelée sexuellement.


Je pleurais en silence.


J’ai eu si mal physiquement, émotionnellement et psychologiquement de toutes ces intimidations subies que j’ai dû être hospitalisée.


Mes espoirs d’être aimée et reconnue dans ma féminité s’effondraient pas à pas, car mes repères affectifs étaient toxiques.

J’ai toujours eu le sentiment d’avoir vécu de l’abus sexuel en bas âge. J’ai parfois eu des images en flashback qui me sont apparues, mais pas de souvenirs clairs. En thérapie, dans les années de renaissance, je me suis souvent fait dire que mon intérieur en portait les caractéristiques. Ce sentiment m’habitait aussi.


Mais une fois conscientisé, qu’est-ce que je choisissais de faire de ce vécu? M’effondrer ou m’en servir comme d’un tremplin pour aller de l’avant?


Vous vous en doutez bien : Pour moi, l’important était d’aller de l’avant pour être libre intérieurement. Je ne pouvais changer le passé. Il ne me restait qu’à conquérir l’avenir. Mon avenir. Ma vie!


En conflit avec l’amour


Le défi était toutefois immense. Je sentais que je ne savais pas comment me faire aimer et encore moins comment m’aimer et choisir un compagnon.


Je ne savais pas faire la différence entre une simple discussion, une amitié, un intérêt réel ou même l’amour.

Un garçon ou un homme me parlait-il parce qu’il s’intéressait à moi sur le plan humain, en dehors de la dimension affective, ou avait-il une attirance réelle envers moi? Je ne savais pas décoder les signaux non verbaux! Je m’attachais alors à lui dans un monde complètement illusoire, une pure fabrication de mon esprit en manque d’amour et de reconnaissance.


Les fils étaient mêlés comme on dit, et ils se touchaient parfois en faisant des étincelles, des court circuits… C’est comme si une petite voix intérieure me disait « il te donne de l’attention, il doit être intéressé! ».


Malheureusement, à tout coup, j’avais mal interprété. J’avais un si grand vide intérieur que je le comblais sans m’en rendre compte par toutes ces fabulations.


Ce fut long avant que je voie enfin la source de ces schémas tordus qui me faisaient si mal.


> Avez-vous déjà ressenti ces états sans trop savoir quoi en faire ?

Enfin une rencontre


À l’aube de mes 18 ans, un ami m’a présenté son frère qui était aussi un ami de mes parents. Une très bonne personne qui est devenu le père de mes adorables enfants. Nous sommes restés ensemble 15 ans puis avons fait route à part dans un grand respect mutuel. Nous sommes toujours amis et nous voyons dans les réunions familiales, avec les enfants et nos petits-enfants.


Savoir quitter l’autre sans guerroyer, avec amour, même, est certainement la plus grande leçon de vie que mon parcours m’a permis d’intégrer.


Nous n’avions jamais de disputes, mais parfois de grands silences qui créaient comme un abysse émotionnel entre nous. Nos visions à long terme étaient très différentes.


J’avais ainsi toujours au fond de moi ce désir de plein épanouissement de la femme que je suis. Je me suis donc réouverte à une vision plus évolutive de moi. J’ai eu quelques relations, mais un certain inconfort demeurait. Je ne me sentais pas pleinement heureuse et hors du plein envol que je voulais connaître.

À l’heure des grands questionnements


J’entrepris donc une grande quête intérieure pour mieux me connaître. J’ai fait des formations sur le couple, la sexualité, les relations humaines, la PNL, et j’en passe. Je voulais comprendre. M’outiller. Et je n’aurais de cesse de chercher que lorsque j’y serais parvenue.


Pourquoi ce mal intérieur, pourquoi tant de déceptions, pourquoi je n’avais pas encore le plein bonheur dont je rêvais? Pourquoi tant de différences de personnalités? Pourquoi?


D’une relation à l’autre, je répétais certains éléments de déni de moi. J’avais un côté sauveur du monde qui prenait souvent le dessus. Vous savez, s’oublier pour faire plaisir, mais à notre détriment? …


Aimer sans se perdre, ça commence par s’aimer soi. Je ne m’étais pas encore autorisée à le faire. Je cherchais encore l’amour à l’extérieur de moi.


Je restais trop longtemps dans des situations qui brimaient mon bonheur et mon énergie. Je me disais que c’était passager et que tout allait se placer, mais non, je m’épuisais et la relation s’usait.


Dans une telle situation, les deux partenaires ne pouvaient s’épanouir pleinement et le respect mutuel demandait un virage. Parfois, ce n’est pas l’amour qui fait défaut dans un couple. Il arrive que les chemins divergent simplement et s’éloignent doucement au fil du temps, ou que les deux ne soient plus à la même place dans la vie, qu’ils n’aient plus les mêmes objectifs.


J’évitais toutefois de me positionner dans le « je vais le changer » car le sous-texte, évidemment, aurait été « pour qu’il corresponde à mes attentes ». Ce qui aurait été malsain et irrespectueux. Je valorisais plutôt l’axe de celle qui communique, espère et partage. Mais attendez… espère dis-je? Ça ne vous rappelle pas quelque chose? 


Au final, je recevais aussi de beaux moments en retour, bien entendu. Tout n’est pas noir ou blanc, mais je demeurais insatisfaite.


Alors j’ai plongé encore plus profondément en moi-même, dans mon âme et dans mon cœur, pour explorer mes réels besoins et m’autoriser à les combler, libérer davantage de programmations, de croyances limitatives et de vieux concepts désuets. Je sentais que je devais passer par là afin de manifester la concrétisation de ce rêve de vie si légitime.


> Et vous? Qu’en est-il de votre réalité amoureuse ?



La Grande Traversée


Tout au long de mon parcours affectif, j’ai longtemps pleuré en silence. Mes enfants m’ont déjà dit à une époque : « maman sort de là! » mais je n’y parvenais pas. Je ne voyais pas ce côté immature en moi qui n’arrivait pas à se positionner comme une femme engagée envers son bonheur et son plein épanouissement.


Une partie de moi était restée femme enfant ou adolescente. J’étais comme dirigée par une certaine blessure d’abandon, de rejet.

J’espérais être aimée pour qui je suis, en fonction de mes besoins, de mes valeurs, mais mes programmations internes créaient un tout autre scénario.


Je ne voyais pas encore que je ne m’étais pas pleinement accueillie dans qui je suis, avec cet ancien sentiment de honte de ne pas être à la hauteur de ceci ou de cela. Ah! Quelle expression futile pourtant : « être à la hauteur » ! Pourquoi se comparer, se flageller ainsi?


Eh oui, nos chères programmations inconscientes font souvent de nous des marionnettes. Mais nous n’avons aucune obligation d’y consentir! Nous avons le pouvoir de nous relever, de nous donner de nouvelles ressources et de devenir une personne accomplie, libre intérieurement et heureuse.


Cette Grande Traversée est parsemée de douleurs. C’est comme le passage difficile et douloureux d’un accouchement, comme une phase de guérison. Mais c’est aussi un événement à célébrer, une mise au monde de soi!


Il y a bien sûr des insécurités, des peurs et des larmes en cours de route, car on laisse derrière soi un connu rassurant même s’il fait mal (l’inconnu fait peur); mais au bout de ce chemin, il y a la paix et l’amour de soi. Et c’est à partir de ces semences que l’on peut faire germer et croître les relations épanouissantes dont nous rêvons tous et toutes en notre for intérieur.


L’important est d’être bienveillant avec soi.


Si vous avez vécu quelques relations, avez fait un grand cheminement (ou pas) et que vous avez vécu une séparation récente ou êtes sur le point de la vivre, je vous invite à considérer ces quelques idées :

  • Qu’avez-vous appris de plus dans l’art d’aimer sans vous perdre?

  • Comment cette expérience cumulée pourra-t-elle vous servir pour la relation rêvée qui vous attend fort possiblement, si vous le choisissez?

  • Célébrez votre sagesse grandissante. Faites-vous confiance. Vous avez le droit de choisir pour vous-même, pas pour faire plaisir à vos parents ou pour être en relation absolument.

  • Osez changer de niveau. Qu’est-ce qui pourra combler vos besoins corps, âme, esprit?

  • Choisissez d’orienter votre relation en ce sens. Après la prise de conscience, certaines choses deviennent non négociables, je trouve.

  • Est-ce important pour vous de ressentir de la joie, de l’aisance, de la légèreté, de la tendresse, une intimité compatible, une communication émotionnelle et intellectuelle fluide? Complétez cette liste avec vos propres valeurs.

  • Vivez-vous pleinement ?
  • Ne nourrissez pas de culpabilité sur ces questions, svp. On peut s’en sortir. J’en suis la preuve vivante. En se faisant aider au besoin, tout est possible.


Je m’en suis sortie moi aussi avec de l’aide, plein d’amour de moi à moi, de nouveaux choix, de nouvelles ressources, l’écoute profonde de mes besoins ainsi que par des exercices concrets de PNL (Programmation Neuro Linguistique) pour défaire mes croyances inconscientes limitatives.


Aujourd’hui, je vis une relation amoureuse qui me ressemble, qui me nourrit et qui est fluide et cet homme ressent la même chose envers moi.


S’aimer tous les deux juste pour qui on est, parce qu’on est compatibles, c’est merveilleux et c’est possible quand on y croit et qu’on se donne les outils pour le vivre un jour.


Chaque personne passée dans notre vie avait ses qualités et ses défis. Si cela n’a pas fonctionné, inutile de blâmer l’autre. Ni la situation. Il faut s’élever au-dessus de ça, sortir de la victimisation et voir que ce que l’on a appris sur soi pour faire différemment la prochaine fois est le plus beau cadeau que l’on puisse se faire.


Merci à mes expériences. Et à mon écoute de ce qu’elles m’ont enseigné!


Là est la voie de la liberté.



Et maintenant ?

C’est donc à la lumière de ces années d’introspection et de formation que j’ai créé des outils pour vous aider à prendre des raccourcis vers le bien-être, outils auxquels je n’avais pas accès il y a 30 ans, quand j’ai entrepris ma démarche, et que j’ai élaborés au fil du temps et de mon expérience comme femme et comme coach en PNL.


Petit à petit, à force de souffrir et de me relever, d’être déçue et de me réaligner vers le respect de moi, j’ai compris et intégré que tout était là :

Aimer sans me perdre.


Arrivez-vous aisément à aimer sans vous perdre ou est-ce un défi récurrent d’avoir mal en amour ?


Sinon, bonne nouvelle! Il y a des solutions et en voici une qui peut grandement vous aider.


Prenez le temps de ressentir, voir et comprendre tout ce que le contenu ci-dessous peut faire pour vous dès aujourd’hui.


D'où je viens et pourquoi je peux vous aider

Attention : Le partage cette histoire n’a d’intérêt pour vous que dans la mesure où elle peut faire écho à des parties de vous, de votre réalité, pour vous aider à vous choisir pleinement….

Confidences sur ma vie affective


Ce n’est pas un hasard si j’ai écrit le livre « Se libérer de la dépendance affective » qui porte sur l’amour, le couple et l’art d’aimer sans se perdre.


Il y a aussi un profond vécu personnel derrière ma formation en ligne « Comment aimer sans se perdre ».


J’ai eu si mal moi aussi sur le plan affectif qu’à une certaine époque de ma vie, je n’étais tout simplement pas certaine de pouvoir en sortir… vivante…


Près de 30 ans plus tard, pourtant, je suis complètement sortie du désert et j’étincelle de joie de vivre. Je suis très bien dans ma peau et mes relations, quelles qu’elles soient, me nourrissent vraiment. Profondément. Ou alors je ne les poursuis pas.


Mais que s’est-il passé ? Comment en suis-je arrivée là ? D’où est-ce que je viens ?


Toute petite, j’étais une enfant ayant très peu de confiance en elle, sans grand estime de soi ni joie particulière. J’étais comme une ombre.


J’ai eu de bons parents, vous savez, mais quelque chose en moi me gardait vraiment refermée et taciturne.


> Qu’en était-il pour vous ?

Adieu prince charmant


Vers l’âge de 13 ans, je rêvais du prince charmant, d’aimer et d’être aimée et de rencontrer un jour cet homme idéalisé, avec qui je fonderais une famille et vivrais toute ma vie le parfait bonheur…


Mais aux antipodes de ce rêve de jeune fille, j’ai plutôt été la risée des garçons pendant toutes les années de mon école secondaire, tandis que chacune de mes amies avait un petit copain.


J’ai été humiliée dans mon individualité, dans ma féminité naissante, et même harcelée sexuellement.


Je pleurais en silence.


J’ai eu si mal physiquement, émotionnellement et psychologiquement de toutes ces intimidations subies que j’ai dû être hospitalisée.


Mes espoirs d’être aimée et reconnue dans ma féminité s’effondraient pas à pas, car mes repères affectifs étaient toxiques.

J’ai toujours eu le sentiment d’avoir vécu de l’abus sexuel en bas âge. J’ai parfois eu des images en flashback qui me sont apparues, mais pas de souvenirs clairs. En thérapie, dans les années de renaissance, je me suis souvent fait dire que mon intérieur en portait les caractéristiques. Ce sentiment m’habitait aussi.


Mais une fois conscientisé, qu’est-ce que je choisissais de faire de ce vécu? M’effondrer ou m’en servir comme d’un tremplin pour aller de l’avant?


Vous vous en doutez bien : Pour moi, l’important était d’aller de l’avant pour être libre intérieurement. Je ne pouvais changer le passé. Il ne me restait qu’à conquérir l’avenir. Mon avenir. Ma vie!


En conflit avec l’amour


Le défi était toutefois immense. Je sentais que je ne savais pas comment me faire aimer et encore moins comment m’aimer et choisir un compagnon.


Je ne savais pas faire la différence entre une simple discussion, une amitié, un intérêt réel ou même l’amour.

Un garçon ou un homme me parlait-il parce qu’il s’intéressait à moi sur le plan humain, en dehors de la dimension affective, ou avait-il une attirance réelle envers moi? Je ne savais pas décoder les signaux non verbaux! Je m’attachais alors à lui dans un monde complètement illusoire, une pure fabrication de mon esprit en manque d’amour et de reconnaissance.


Les fils étaient mêlés comme on dit, et ils se touchaient parfois en faisant des étincelles, des court circuits… C’est comme si une petite voix intérieure me disait « il te donne de l’attention, il doit être intéressé! ».


Malheureusement, à tout coup, j’avais mal interprété. J’avais un si grand vide intérieur que je le comblais sans m’en rendre compte par toutes ces fabulations.


Ce fut long avant que je voie enfin la source de ces schémas tordus qui me faisaient si mal.


> Avez-vous déjà ressenti ces états sans trop savoir quoi en faire ?

Enfin une rencontre


À l’aube de mes 18 ans, un ami m’a présenté son frère qui était aussi un ami de mes parents. Une très bonne personne qui est devenu le père de mes adorables enfants. Nous sommes restés ensemble 15 ans puis avons fait route à part dans un grand respect mutuel. Nous sommes toujours amis et nous voyons dans les réunions familiales, avec les enfants et nos petits-enfants.


Savoir quitter l’autre sans guerroyer, avec amour, même, est certainement la plus grande leçon de vie que mon parcours m’a permis d’intégrer.


Nous n’avions jamais de disputes, mais parfois de grands silences qui créaient comme un abysse émotionnel entre nous. Nos visions à long terme étaient très différentes.


J’avais ainsi toujours au fond de moi ce désir de plein épanouissement de la femme que je suis. Je me suis donc réouverte à une vision plus évolutive de moi. J’ai eu quelques relations, mais un certain inconfort demeurait. Je ne me sentais pas pleinement heureuse et hors du plein envol que je voulais connaître.

À l’heure des grands questionnements


J’entrepris donc une grande quête intérieure pour mieux me connaître. J’ai fait des formations sur le couple, la sexualité, les relations humaines, la PNL, et j’en passe. Je voulais comprendre. M’outiller. Et je n’aurais de cesse de chercher que lorsque j’y serais parvenue.


Pourquoi ce mal intérieur, pourquoi tant de déceptions, pourquoi je n’avais pas encore le plein bonheur dont je rêvais? Pourquoi tant de différences de personnalités? Pourquoi?


D’une relation à l’autre, je répétais certains éléments de déni de moi. J’avais un côté sauveur du monde qui prenait souvent le dessus. Vous savez, s’oublier pour faire plaisir, mais à notre détriment? …


Aimer sans se perdre, ça commence par s’aimer soi. Je ne m’étais pas encore autorisée à le faire. Je cherchais encore l’amour à l’extérieur de moi.


Je restais trop longtemps dans des situations qui brimaient mon bonheur et mon énergie. Je me disais que c’était passager et que tout allait se placer, mais non, je m’épuisais et la relation s’usait.


Dans une telle situation, les deux partenaires ne pouvaient s’épanouir pleinement et le respect mutuel demandait un virage. Parfois, ce n’est pas l’amour qui fait défaut dans un couple. Il arrive que les chemins divergent simplement et s’éloignent doucement au fil du temps, ou que les deux ne soient plus à la même place dans la vie, qu’ils n’aient plus les mêmes objectifs.


J’évitais toutefois de me positionner dans le « je vais le changer » car le sous-texte, évidemment, aurait été « pour qu’il corresponde à mes attentes ». Ce qui aurait été malsain et irrespectueux. Je valorisais plutôt l’axe de celle qui communique, espère et partage. Mais attendez… espère dis-je? Ça ne vous rappelle pas quelque chose? 


Au final, je recevais aussi de beaux moments en retour, bien entendu. Tout n’est pas noir ou blanc, mais je demeurais insatisfaite.


Alors j’ai plongé encore plus profondément en moi-même, dans mon âme et dans mon cœur, pour explorer mes réels besoins et m’autoriser à les combler, libérer davantage de programmations, de croyances limitatives et de vieux concepts désuets. Je sentais que je devais passer par là afin de manifester la concrétisation de ce rêve de vie si légitime.


> Et vous? Qu’en est-il de votre réalité amoureuse ?



La Grande Traversée


Tout au long de mon parcours affectif, j’ai longtemps pleuré en silence. Mes enfants m’ont déjà dit à une époque : « maman sort de là! » mais je n’y parvenais pas. Je ne voyais pas ce côté immature en moi qui n’arrivait pas à se positionner comme une femme engagée envers son bonheur et son plein épanouissement.


Une partie de moi était restée femme enfant ou adolescente. J’étais comme dirigée par une certaine blessure d’abandon, de rejet.


J’espérais être aimée pour qui je suis, en fonction de mes besoins, de mes valeurs, mais mes programmations internes créaient un tout autre scénario.


Je ne voyais pas encore que je ne m’étais pas pleinement accueillie dans qui je suis, avec cet ancien sentiment de honte de ne pas être à la hauteur de ceci ou de cela. Ah! Quelle expression futile pourtant : « être à la hauteur » ! Pourquoi se comparer, se flageller ainsi?


Eh oui, nos chères programmations inconscientes font souvent de nous des marionnettes. Mais nous n’avons aucune obligation d’y consentir! Nous avons le pouvoir de nous relever, de nous donner de nouvelles ressources et de devenir une personne accomplie, libre intérieurement et heureuse.


Cette Grande Traversée est parsemée de douleurs. C’est comme le passage difficile et douloureux d’un accouchement, comme une phase de guérison. Mais c’est aussi un événement à célébrer, une mise au monde de soi!


Il y a bien sûr des insécurités, des peurs et des larmes en cours de route, car on laisse derrière soi un connu rassurant même s’il fait mal (l’inconnu fait peur); mais au bout de ce chemin, il y a la paix et l’amour de soi. Et c’est à partir de ces semences que l’on peut faire germer et croître les relations épanouissantes dont nous rêvons tous et toutes en notre for intérieur.


L’important est d’être bienveillant avec soi.


Si vous avez vécu quelques relations, avez fait un grand cheminement (ou pas) et que vous avez vécu une séparation récente ou êtes sur le point de la vivre, je vous invite à considérer ces quelques idées :

  • Qu’avez-vous appris de plus dans l’art d’aimer sans vous perdre?

  • Comment cette expérience cumulée pourra-t-elle vous servir pour la relation rêvée qui vous attend fort possiblement, si vous le choisissez?

  • Célébrez votre sagesse grandissante. Faites-vous confiance. Vous avez le droit de choisir pour vous-même, pas pour faire plaisir à vos parents ou pour être en relation absolument.

  • Osez changer de niveau. Qu’est-ce qui pourra combler vos besoins corps, âme, esprit?

  • Choisissez d’orienter votre relation en ce sens. Après la prise de conscience, certaines choses deviennent non négociables, je trouve.

  • Est-ce important pour vous de ressentir de la joie, de l’aisance, de la légèreté, de la tendresse, une intimité compatible, une communication émotionnelle et intellectuelle fluide? Complétez cette liste avec vos propres valeurs.

  • Vivez-vous pleinement ?

  • Ne nourrissez pas de culpabilité sur ces questions, svp. On peut s’en sortir. J’en suis la preuve vivante. En se faisant aider au besoin, tout est possible.


Je m’en suis sortie moi aussi avec de l’aide, plein d’amour de moi à moi, de nouveaux choix, de nouvelles ressources, l’écoute profonde de mes besoins ainsi que par des exercices concrets de PNL (Programmation Neuro Linguistique) pour défaire mes croyances inconscientes limitatives.


Aujourd’hui, je vis une relation amoureuse qui me ressemble, qui me nourrit et qui est fluide et cet homme ressent la même chose envers moi.


S’aimer tous les deux juste pour qui on est, parce qu’on est compatibles, c’est merveilleux et c’est possible quand on y croit et qu’on se donne les outils pour le vivre un jour.


Chaque personne passée dans notre vie avait ses qualités et ses défis. Si cela n’a pas fonctionné, inutile de blâmer l’autre. Ni la situation. Il faut s’élever au-dessus de ça, sortir de la victimisation et voir que ce que l’on a appris sur soi pour faire différemment la prochaine fois est le plus beau cadeau que l’on puisse se faire.


Merci à mes expériences. Et à mon écoute de ce qu’elles m’ont enseigné!


Là est la voie de la liberté.

Et maintenant ?

C’est donc à la lumière de ces années d’introspection et de formation que j’ai créé des outils pour vous aider à prendre des raccourcis vers le bien-être, outils auxquels je n’avais pas accès il y a 30 ans, quand j’ai entrepris ma démarche, et que j’ai élaborés au fil du temps et de mon expérience comme femme et comme coach en PNL.


Petit à petit, à force de souffrir et de me relever, d’être déçue et de me réaligner vers le respect de moi, j’ai compris et intégré que tout était là :

Aimer sans me perdre.


Arrivez-vous aisément à aimer sans vous perdre ou est-ce un défi récurrent d’avoir mal en amour ?


Sinon, bonne nouvelle! Il y a des solutions et en voici une qui peut grandement vous aider.


Prenez le temps de ressentir, voir et comprendre tout ce que le contenu ci-dessous peut faire pour vous dès aujourd’hui.


Ce que vous propose la formation
« Comment aimer sans se perdre »

Découvrez des outils précieux pour vous aider à identifier et libérer ce qui fait que vous avez souvent eu mal en amour. Avec la formation « Comment aimer sans se perdre », vous verrez et comprendrez comment mettre fin à la souffrance venant de scénarios répétitifs décevants.


Que vous soyez célibataire ou en couple, cette ressource pourra vous aider dès aujourd’hui et à de hauts niveaux. Vous saurez enfin comment vous autoriser une relation affective heureuse et que faire pour la créer et la vivre pleinement.

Module 1

  • L’impact majeur des blessures émotionnelles sur votre vie.
  • Test d’autoévaluation pour identifier quelles blessures vous touchent
  • Caractéristiques de chacune
  • Comment s’en libérer
  • Exercice pratique pour libérer des tensions émotionnelles

Module 3

  • Caractéristiques de ce qui peut engendrer de la dépendance affective.
  • Qu’est-ce que la codépendance ?
  • Comment se libérer de la dépendance affective. 7 clefs pour y arriver.
  • Pervers narcissiques et manipulateurs… Que faire ?

Module 5

  • Quoi faire pour être heureux en amour ?
  • Les particularités des couples heureux
  • Les caractéristiques des célibataires heureux
  • Comment reconnaître les types de « supposé amour » qui sont sources de souffrance
  • Résumé des secrets pour être heureux en amour

Module 2

  • L’ego : ennemi du bonheur en couple.
  • Ses caractéristiques
  • Comment se détacher de l’identification à l’ego et accéder à une réelle liberté intérieure
  • Les réactions de victimisation, que faire

Module 4

  • Comment choisir la bonne personne (ou s’ajuster en couple)
  • Auto évaluation de votre relation amoureuse (ou de la précédente)
  • Les 5 questions à poser en début de relation.
  • Sur quels critères basez-vous votre choix de partenaire ?
  • Préciser les caractéristiques de votre style amoureux pour pouvoir le vivre vraiment.
  • Le respect de vous-même et de vos besoins en amour.

En plus de vous outiller pour avancer beaucoup plus rapidement sur la voie du bien-être amoureux que ce que mon propre parcours d'essais-erreurs m'a permis d'atteindre à l'époque, vous bénéficiez, avec la formation « Comment aimer sans se perdre » de près de 3 décennies d'expérience personnelle et professionnelle.

Cette formation en ligne vous permet par ailleurs d’économiser à plusieurs niveaux :

  • Pas de frais de déplacement, de séjour ni de repas pour assister à un séminaire en présentiel ;
  • Aucun délai pour accéder au contenu ;
  • Des années de souffrance de moins en débutant votre processus de libération dès maintenant ;
  • Accès permanent au contenu pour moins que le coût d’une journée en salle ou d'une heure de coaching privé !

À l’heure de vous choisir pleinement ?

Si vous êtes prêt.e à être maintenant pleinement heureux ou heureuse en amour, cliquez sur le bouton pour accéder à la formation et découvrir enfin comment atteindre votre idéal.

Ce que vous propose la formation
« Comment aimer sans se perdre »

Découvrez des outils précieux pour vous aider à identifier et libérer ce qui fait que vous avez souvent eu mal en amour. Avec la formation « Comment aimer sans se perdre », vous verrez et comprendrez comment mettre fin à la souffrance venant de scénarios répétitifs décevants.


Que vous soyez célibataire ou en couple, cette ressource pourra vous aider dès aujourd’hui et à de hauts niveaux. Vous saurez enfin comment vous autoriser une relation affective heureuse et que faire pour la créer et la vivre pleinement.

Module 1

  • L’impact majeur des blessures émotionnelles sur votre vie.
  • Test d’autoévaluation pour identifier quelles blessures vous touchent
  • Caractéristiques de chacune
  • Comment s’en libérer
  • Exercice pratique pour libérer des tensions émotionnelles

Module 3

  • Caractéristiques de ce qui peut engendrer de la dépendance affective.
  • Qu’est-ce que la codépendance ?
  • Comment se libérer de la dépendance affective. 7 clefs pour y arriver.
  • Pervers narcissiques et manipulateurs… Que faire ?

Module 5

  • Quoi faire pour être heureux en amour ?
  • Les particularités des couples heureux
  • Les caractéristiques des célibataires heureux
  • Comment reconnaître les types de « supposé amour » qui sont sources de souffrance
  • Résumé des secrets pour être heureux en amour

Module 2

  • L’ego : ennemi du bonheur en couple.
  • Ses caractéristiques
  • Comment se détacher de l’identification à l’ego et accéder à une réelle liberté intérieure
  • Les réactions de victimisation, que faire

Module 4

  • Comment choisir la bonne personne (ou s’ajuster en couple)
  • Auto évaluation de votre relation amoureuse (ou de la précédente)
  • Les 5 questions à poser en début de relation.
  • Sur quels critères basez-vous votre choix de partenaire ?
  • Préciser les caractéristiques de votre style amoureux pour pouvoir le vivre vraiment.
  • Le respect de vous-même et de vos besoins en amour.

En plus de vous outiller pour avancer beaucoup plus rapidement sur la voie du bien-être amoureux que ce que mon propre parcours d'essais-erreurs m'a permis d'atteindre à l'époque, vous bénéficiez, avec la formation « Comment aimer sans se perdre » de près de 3 décennies d'expérience personnelle et professionnelle.

Cette formation en ligne vous permet par ailleurs d’économiser à plusieurs niveaux :

  • Pas de frais de déplacement, de séjour ni de repas pour assister à un séminaire en présentiel ;
  • Aucun délai pour accéder au contenu ;
  • Des années de souffrance de moins en débutant votre processus de libération dès maintenant ;
  • Accès permanent au contenu pour moins que le coût d’une journée en salle ou d'une heure de coaching privé !

À l’heure de vous choisir pleinement ?

Si vous êtes prêt.e à être maintenant pleinement heureux ou heureuse en amour, cliquez sur le bouton pour accéder à la formation et découvrir enfin comment atteindre votre idéal.

Ce que vous propose la formation
« Comment aimer sans se perdre »

Découvrez des outils précieux pour vous aider à identifier et libérer ce qui fait que vous avez souvent eu mal en amour.


Avec la formation « Comment aimer sans se perdre », vous verrez et comprendrez comment mettre fin à la souffrance venant de scénarios répétitifs décevants.


Que vous soyez célibataire ou en couple, cette ressource pourra vous aider dès aujourd’hui et à de hauts niveaux.


Vous saurez enfin comment vous autoriser une relation affective heureuse et que faire pour la créer et la vivre pleinement.

Module 1

  • L’impact majeur des blessures émotionnelles sur votre vie.
  • Test d’autoévaluation pour identifier quelles blessures vous touchent
  • Caractéristiques de chacune
  • Comment s’en libérer
  • Exercice pratique pour libérer des tensions émotionnelles

Module 2

  • L’ego : ennemi du bonheur en couple.
  • Ses caractéristiques
  • Comment se détacher de l’identification à l’ego et accéder à une réelle liberté intérieure
  • Les réactions de victimisation, que faire

Module 3

  • Caractéristiques de ce qui peut engendrer de la dépendance affective.
  • Qu’est-ce que la codépendance ?
  • Comment se libérer de la dépendance affective. 7 clefs pour y arriver.
  • Pervers narcissiques et manipulateurs… Que faire ?

Module 4

  • Comment choisir la bonne personne (ou s’ajuster en couple)
  • Auto évaluation de votre relation amoureuse (ou de la précédente)
  • Les 5 questions à poser en début de relation.
  • Sur quels critères basez-vous votre choix de partenaire ?
  • Préciser les caractéristiques de votre style amoureux pour pouvoir le vivre vraiment.
  • Le respect de vous-même et de vos besoins en amour.

Module 5

  • Quoi faire pour être heureux en amour ?
  • Les particularités des couples heureux
  • Les caractéristiques des célibataires heureux
  • Comment reconnaître les types de « supposé amour » qui sont sources de souffrance
  • Résumé des secrets pour être heureux en amour

En plus de vous outiller pour avancer beaucoup plus rapidement sur la voie du bien-être amoureux que ce que mon propre parcours d'essais-erreurs m'a permis d'atteindre à l'époque, vous bénéficiez, avec la formation « Comment aimer sans se perdre » de près de 3 décennies d'expérience personnelle et professionnelle.

Cette formation en ligne vous permet par ailleurs d’économiser à plusieurs niveaux :

  • Pas de frais de déplacement, de séjour ni de repas pour assister à un séminaire en présentiel ;
  • Aucun délai pour accéder au contenu ;
  • Des années de souffrance de moins en débutant votre processus de libération dès maintenant ;
  • Accès permanent au contenu pour moins que le coût d’une journée en salle ou d'une heure de coaching privé !

À l’heure de vous choisir pleinement ?

Si vous êtes prêt.e à être maintenant pleinement heureux ou heureuse en amour, cliquez sur le bouton pour accéder à la formation et découvrir enfin comment atteindre votre idéal.

>